• Attaques de requin, les seigneurs des mers nous parlent

    Plusieurs attaques de requin à l’île de la Réunion, aux Seychelles, à Tahiti, en 3 mois les requins manifestent une certaine agressivité envers les surfeurs. Nous savons que les requins ne représentent qu’une très faible part des accidents de surf puisque l’on recense moins de 10 attaques par an, avec seulement 4 décès en moyenne. Cependant, ces chiffres s’accélèrent ses derniers mois. Quelles peuvent-être les causes de cette agressivité inhabituelle ?

    Surpêche et appauvrissement des espèces entraînant un manque de nourriture, eaux polluées, les requins se rapprochent des zones côtières et des estuaires pour y récupérer certains de nos déchets ou poissons atteint de nos pollutions.

    Le requins est depuis une trentaines d’année largement menacé par le « shark fining » la capture d’ailerons de requins vendus très chères aux Japon responsable de la mort de plus de 300 000 requins chaque année.

    Le requin est un animal sacré et légendaire pour de nombreux peuples de la mer. Il a traversé les 5 extinctions massives de espèces et continue de se fondre dans les courants océaniques de la planète. Il est le médecin des océans en nettoyant des récifs coralliens tous les animaux faibles ou malades. Ils participent ainsi à l’équilibre et à la santé des zones nourricières et de lieux de reproductions.

    Il est aujourd’hui une espèce protégée.

  • Août 2011, quelques nouvelles de nos tendres méduses, les Physalis.

    Le Nouvel Observateur fait paraître une enquête sur les désagréments causés par les Physalis (sorte de méduses) cet été 2011.

    La plage de Lacanau, sur la côte Atlantique, est fermée depuis lundi 8 août au matin en raison de l’arrivée massive de physalies, responsables de brûlures cutanées douloureuses.

    C’est la première fois depuis le début de la saison estivale qu’un échouage aussi massif de cet animal marin venimeux, faisant penser à une méduse, est constaté en Gironde. Quelque 150 à 200 physalies ont été recensées depuis lundi matin sur la plage de la station balnéaire très fréquentée. Elle est d’ailleurs la seule à avoir été contrainte de fermer lundi.

    Mi-juillet, des plages des Landes et des Pyrénées-Atlantiques avaient également été temporairement fermées pour la même raison.

    Brûlures importantes

    Depuis le début de l’été, 585 cas d’envenimement par physalie ont été signalés par les postes de secours d’Aquitaine et les Samu des départements côtiers, dont plus de 450 pour le seul département des Landes, a précisé lundi soir l’Agence régionale de santé (ARS) d’Aquitaine dans un communiqué.

    Environ 10% de ces cas ont présenté des signes de gravité : perte de connaissance, gêne respiratoire, douleurs abdominales ou thoraciques, vomissements, tachycardie, hypertension artérielle ou crampes musculaires.

    Les brûlures de physalie sont plus importantes que celles de la méduse pélagique. La physalie possède des tentacules pouvant atteindre plusieurs mètres de long. Ces tentacules, mêmes détachés de l’animal ou échoués sur le sable, restent venimeux et l’ARS a recommandé vivement de « ne pas y toucher », de même qu’il ne faut pas toucher « l’animal même s’il est échoué ou mort ».

    Réouverture rapide

    En cas d’envenimement, l’ARS rappelle qu’il ne faut pas frotter la peau directement avec la main, mais retirer les tentacules en rinçant la peau à l’eau de mer, en appliquant de la mousse à raser ou à défaut du sable sec, puis en les décollant avec un carton rigide.

    L’arrivée de ces physalies survient en raison des mouvements aléatoires des courants marins et la plage de Lacanau pourrait être rapidement rouverte à la baignade. Elle devrait ainsi accueillir comme prévu, jeudi, l’épreuve du Lacanau surf pro, étape du circuit mondial de surf professionnel, du 11 au 21 août.

    Continue Reading