• SurfConseil partenaire du Réseau Cétacés, pour la sauvegarde des dauphins

    Chaque année, on estime à 100 000 le nombre de dauphins tués à des fins commerciales et à 300 000 ceux qui meurent après s’être pris accidentellement dans des filets de pêche.

    L’école de surf « Go and Surf » à Labenne Océan, partenaire de SurfConseil, a mis en place un pôle d’information et de collecte de fond pour soutenir les actions du Réseau Cétacés. L’idée est d’associer le projet pédagogique de l’école tourné vers le respect du corps et de l’environnement, à une organisation de protection des dauphins.

    Cliquez ici pour y accéder

    Chaque année, on estime à 100 000 le nombre de dauphins tués à des fins commerciales et à 300 000 ceux qui meurent après s’être pris accidentellement dans des filets de pêche. Pour aider à mettre un terme à ce processus, le programme des Nations Unies a lancé une campagne impliquant les gouvernements, les ONG et le secteur privé à l’échelle mondiale pour souligner la nécessité de protéger les espèces de dauphins. Ils doivent faire face à la chasse délibérée, à la pollution marine, au déséquilibre croissant de leur écosystème, à la destruction de leur habitat, à l’enchevêtrement dans les filets de pêche, à la disparition des proies en raison d’une pêche excessive, à la pollution sonore sous-marine générée par l’homme qui endommage leur système d’écholocation. Quant à ceux qui vivent en captivité, ils sont, dans la plupart des cas, exploités et ne survivent pas longtemps.

    Sur les côtes européennes, les baleines et les dauphins sont protégés par les législations françaises, italiennes et monégasques. Il est interdit de les détruire, de les capturer, de les poursuivre. Mais c’est insuffisant ! Il est nécessaire d’aller au-delà : un grand nombre d’associations internationales s’est mobilisé pour faire connaître au grand public leurs modes de vie et de communication envers les humains.

    Actuellement,L’Institut Dony soutient des actions pour protéger Dony et Jean-Floch, deux dauphins solitaires qui suscitent l’engouement du public sur la façade Atlantique.

    Afin de canaliser une trop grande affluence des nageurs, l’Institut se propose de faire l’interface entre les souhaits des dauphins solitaires (rencontrer les humains), les nageurs, le public et les instances institutionnelles et administratives.

    SurfConseil